· 

"L’un des outils les plus précieux dont nous disposons pour nos interventions langagières est le langage que nous adressons aux patients."

Le jour où j'ai lu cette phrase dans un article de Christelle Maillart, Lise Desmottes, Gaïd Prigent et Sandrine Leroy, je me suis dit... "alors finalement, c'est moi qui sers à quelque chose, et pas seulement mon matériel?!" Quelle révélation ! Et le syndrome de l'imposteur s'est un peu éloigné de moi. Et oui ! Je n'échappe pas à la règle des orthophonistes champions (ou championnes, car j'ai l'impression que les femmes sont nettement plus touchées...) de l'autoflagellation, mais je me soigne, promis! ;-) Voici comment cet article et beaucoup d'autres m'ont permis d'y voir plus clair, de me sentir légitime dans mes soins en langage oral, et même...  d'y prendre du plaisir.

 

N.B. : Les références complètes de tous les articles et ouvrages dont je vais parler sont disponibles à la fin de la page, avec, si possible, un lien de téléchargement 

 

Le langage des orthophonistes

Christelle Maillart et son équipe citent Rhea Paul et Courtenay Norbury qui écrivaient en 2012 que nous devons être particulièrement attentifs à l'input linguistique adressé à l'enfant, tant au niveau de la forme que du contenu. Les nombreuses modifications qui peuvent être apportées à cet input permettent de maximiser les progrès du patient et en font un outil très puissant et très flexible.

 

Ainsi, quelles modifications peut-on apporter à notre langage pour favoriser le développement langagier? 

  • ralentir la vitesse de notre parole, en s'inspirant du parler-nourrice (ou motherese) naturellement utilisé pour s'adresser aux enfants, en réduisant le nombre de mots par minute et en allongeant la durée des pauses. Cela permet de réduire le nombre d'éléments à traiter par l'enfant et ainsi d'améliorer tant la production que la compréhension de nouveaux mots pour les enfants présentant des troubles du langage (Montgomery, 2005). L'allongement des pauses permet aussi de laisser le temps de répondre.
  • augmenter la fréquence de présentation de la forme ciblée, notamment au niveau du lexique. En effet, une étude de Rice et al., en 2014, a montré que les enfants présentant des troubles du langage avaient besoin de trois fois plus d'expositions pour apprendre un nouveau mot que les enfants tout-venants de même âge chronologique. Alors oui, on répète, on reformule, on re-répète et on re-reformule. Et parfois on se sent idiots, mais c'est vraiment ce qu'il faut faire avec les petits TDL. Et on peut expliquer aux parents pourquoi on le fait, et pourquoi c'est important qu'ils le fassent aussi. Je cite d'ailleurs souvent des articles ou des études aux parents, et ils apprécient.
  • en proposant à l'enfant un input contenant des mots en accord avec ses compétences phonétiques, afin d'éviter de le mettre en difficulté sur plusieurs plans.

 

Comment tenir compte de ces paramètres en séance de rééducation ?

Apprendre à se taire...

Le silence... Ohhh que c'est difficile pour les orthos ! ;-) On nous a beaucoup parlé avec le bain de langage... mais n'aurions-nous pas tendance à noyer les enfants TDL dans le bain alors qu'ils ne savent pas encore nager? Je repense souvent à ce patient aphasique non-fluent, à qui je posais la même question pour la troisième fois, qui m'a fait les gros yeux en levant les mains pour me dire doucement et en disant "et oh!" d'une grosse voix. Oups... Alors non, ne meublons pas absolument les silences, ne commentons pas tout, laissons-leur du temps ! Le temps de s'approprier le langage, le temps de comprendre, le temps d'élaborer une réponse, le temps de la produire. C'est ce que Laurence Kunz appelle "le maintien de l'échange" dans un article passionnant paru en 2013.

Dou-ce-ment...

Je suis plutôt énergique, et penser à parler lentement est parfois difficile pour moi.

Pour ralentir mon débit, j'aime beaucoup les comptines, les histoires, les contes de randonnées.

 

Pour les comptines, en voici ci-dessous avec une mise en forme adaptée pour les utiliser avec le rythme de la Dynamique Naturelle de la Parole (court, march', long pour ceux qui connaissent) soit en marchant, soit sur la main de l'enfant, soit sur son dos, ou son ventre pourquoi pas. Ces comptines sont téléchargeables à la fin de cet article. Et j'en profite pour remercier ma maman qui les a mises en forme. :)

 

Concernant les histoires, je ne suis de loin pas une spécialiste, mais voici quelques indispensables pour moi  : 

 

La chasse à l'ours : une histoire pas toute jeune, mais que j'aime beaucoup car il y a une ritournelle, on peut y ajouter des gestes sans problème, le rythme de l'histoire varie, surtout à la fin.


 De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête : un thème universel, qui fait rire les petits, des phrases répétitives, une ritournelle.

 

La collection des Zigotos : des histoires très courtes, avec des phrases répétitives, des livres cartonnés, parfaits pour les touts-petits ! Je les adore !

Le choix des items travaillés

Tenir compte des compétences phonologiques de l'enfant : vous allez me dire qu'ils sont marrants les chercheurs, mais comment fait-on en pratique pour être dans cette zone proximale de développement ? Pour tenir compte du niveau de vocabulaire ET du niveau phonologique ? 

  • Avec les petits qui parlent très peu :

Leur lexique est très réduit et leur répertoire phonétique très souvent aussi. Alors, par quoi commencer ? Je me suis longtemps posé cette question, et finalement, j'ai choisi de faire preuve de bon sens, en commençant par les mots acquis le plus tôt et les plus utiles au quotidien (donc fréquents dans la langue). De plus, de nombreuses études (dans l'article de Sophie Kern en 2019 notamment, ou les références citées par Diane Daviault) montrent que les premiers mots sont aussi ceux qui sont les plus faciles à produire, avec de nombreuses bilabiales. C'est quand même hyper bien fichu, non? Excusez-moi, je m'émerveille constamment de la fantastique acquisition du langage ! :-)

 

J'ai donc commencé à chercher quels sont les mots les plus fréquents, et c'est sur le blog de Fany Wavreille, que j'ai trouvé la réponse. Elle nous propose une fiche de lecture d'un article de Sophie Kern datant de 2010, et à partir de cet article, Fany a créé des listes de mots produits par 70% des enfants de 3 ans. Merci Fany !

J'ai moi-même réédité cette liste en format Excel, en classant les mots selon le nombre de syllabes, afin de pouvoir copier/coller plus facilement les mots dans les différents outils que j'utilise, notamment Artiskit ou Langageoral.com. La liste est téléchargeable à la fin de cet article.

Ainsi, à partir de ces mots, on peut créer plein, plein de jeux différents : jouer avec les objets réels, faire correspondre l'image à l'objet réel, créer des jeux de loto, etc.

Certes, j'ai clairement parfois l'impression de me répéter, de proposer tout le temps les mêmes cibles. Mais vu que je sais qu'un enfant avec des troubles du langage a besoin d'au moins trois fois de plus de présentations qu'un enfant tout-venant, je me sens beaucoup plus légitime.

  • Avec les enfants plus grands :

Quand le lexique s'étoffe, mais que beaucoup de phonèmes sont manquants, on va chercher des mots en fonction des phonèmes présents ou absents, sélectionner d'abord certains phonèmes, en ajouter d'autres au fur et à mesure en suivant un ordre précis et déterminé, en fonction de l'enfant, du développement normal, de l'objectif qu'on recherche. A ce sujet, je vous invite grandement à lire le chapitre 4 du livre de Marie-Anne Schelstraete intitulé "Troubles phonologiques : intervention". Un article du blog portera peut-être dessus bientôt.

En pratique, c'est, comme souvent, sur Langageoral.com que je trouve mon bonheur. L'outil de recherche très puissant permet de sélectionner des mots comportant un phonème dans une position, tout en excluant d'autres. Par exemple, sur la capture d'écran ci-dessous, j'ai cherché les mots contenant le phonème /f/, tout en excluant /v/, les autres constrictives, /R/ et /l/. 

 

 

 

Et voici pour ce premier article clinique ! 

Bien sûr, ces quelques outils ne suffisent pas à mener à bien une rééducation en langage oral, mais je suis persuadée qu'ils sont la base de notre travail. 

J'espère en tous les cas que ces réflexions vous seront utiles et surtout, que vous vous sentirez plus légitimes dans vos prises en soins. Car oui, les orthophonistes sont des spécialistes du langage. Même si tout le monde utilise le langage au quotidien, il n'y a que nous, grâce à nos connaissances théoriques, à l'ajustement constant à nos patients qui pouvons faire ce travail auprès des patients en difficultés.

Sources et téléchargements

Par ordre alphabétique :

  • Daviault, D. (2011). L'émergence et le développement du langage chez l'enfant. Chenelière Education
  • Kern S. (2010). Les premiers mots du jeune enfant français : analyse quantitative et qualitative du vocabulaire réceptif et expressif des deux premières années de vie. Rééducation orthophonique, n°244. La fiche de lecture de Fany Wavreille est ici
  • Kern S. (2019). Des premiers mots à l'émergence de la grammaire. In Kern S., Le développement du langage chez le jeune enfant. Editions De Boeck.
  • Kunz L. (2013). L'intervention orthophonique dans les troubles spécifiques du langage. In Devevey A. & Kunz L., Les troubles spécifiques du langage : pathologies ou variations?, De Boeck Solal.
  • Maillart C., Desmottes L., Prigent G. & Leroy S. (2014). Réflexions autour des principes de rééducation proposés aux enfants dysphasiques. A.N.A.E., n°131. Téléchargeable ici
  • Montgomery J. (2005). Effects of input rate and age on the realtime processing of children with specific language impairment. International Journal of Language and Communication Disorders, 40, 171-188
  • Paul R. & Norbury C.F. (2012). Language disorders from infancy through adolescence. Fourth Edition
  • Rice M.-L., Oetting J.-B., Marquis S., Bode J. & Pae S. (1994). Frequency of input effects on word comprehension of children with specific language impairment. Journal of Speech, Language and Hearing Research, 43 (3), 582.
  • Schelstraete, M.-A. (2011). Traitement du langage oral chez l'enfant : interventions et indications cliniques. Elsevier Masson. 
  • Wavreille, F. (2017). Premier vocabulaire. Article de blog :  http://fany.eklablog.com/premier-vocabulaire-a127917534
Télécharger
Comptines rythmées
Comptines rythmées blog.pdf
Document Adobe Acrobat 371.4 KB
Télécharger
Premiers mots nombre syllabes.xlsx
Feuille de calcul Microsoft Excel 37.2 KB

Écrire commentaire

Commentaires: 18
  • #1

    VERONIQUE (dimanche, 24 mai 2020 13:40)

    Merci pour cet article très précis et très clair! et aussi pour les ressources, le fichier excel va me servir. Merci bp

  • #2

    Cameijo (dimanche, 24 mai 2020 13:57)

    Merci beaucoup pour ton éclairage ! Très intéressant et qui sera réinvesti dès la semaine prochaine !

  • #3

    Caro (dimanche, 24 mai 2020 14:25)

    Un grand merci pour cet article, les partages associés mais surtout les références biblio !

  • #4

    Camille (dimanche, 24 mai 2020 14:29)

    Merci beaucoup pour cet article très intéressant et pour toutes les sources également très enrichissantes. Le fichier excel qui va bien me servir, merci !

  • #5

    Claire (dimanche, 24 mai 2020 15:02)

    Merci à vous toutes pour vos commentaires et votre soutien ! :) Je suis ravie que cet article soit utile. Belle journée !

  • #6

    Marguerite (dimanche, 24 mai 2020 17:37)

    Vraiment plus Claire ! ;)
    Merci à toi, t es au top !

  • #7

    Catherine (dimanche, 24 mai 2020 19:04)

    Je conseille ton blog aux orthophonistes de 5 eme année qui vont bientôt pratiquer !!
    Super article

  • #8

    Lise (dimanche, 24 mai 2020 19:35)

    Très bel article Claire! Clair et limpide!

  • #9

    Alice (dimanche, 24 mai 2020 22:36)

    Merci beaucoup de partager ton travail et tes réflexions. Vraiment génial.

  • #10

    Claire (dimanche, 24 mai 2020 23:56)

    Merci à vous ! :)

  • #11

    Véro (lundi, 25 mai 2020 08:25)

    Super article ! Merci pour ce partage tant théorique que pratique. Certaines évidences sont bonnes à être rappelées. Bonne continuation. J'ai très envie de te suivre dans tes réflexions.

  • #12

    Claire (lundi, 25 mai 2020 09:31)

    Merci Véro ! N'hésite pas à suivre le blog (en bas de la page à gauche), tu recevras un mail dès qu'un nouvel article est publié. J'ai plusieurs idées, il ne me reste qu'à me mettre au boulot ! :) Belle journée.

  • #13

    Mélanie (lundi, 25 mai 2020 10:10)

    Je prends le temps de découvrir ton blog, après la semaine chargée de partiels que nous avons eue ! Super ! J'apprends, je découvre, j'enrichis... Des articles passionnants, notamment au niveau de la réflexion clinique. Bravo !!

  • #14

    Nathalie (lundi, 25 mai 2020 16:07)

    Super article Claire ! Merci bcp pour ce précieux partage!! Félicitations, ton blog va cartonner :D

  • #15

    Yasmina (mardi, 26 mai 2020 02:05)

    Magnifique , un grand merci pour l article et les références /téléchargements . Bravo

  • #16

    Caroline (lundi, 01 juin 2020 14:35)

    Merci beaucoup pour cet article qui rebooste!
    Je connais aussi le syndrome de l'imposteur quand je passe des séances à "seulement"échanger verbalement avec un enfant autour d'un dessin libre par exemple. Même si j'ai le sentiment qu'il s'est vraiment passé quelque chose pendant la séance. Ca fait du bien de revenir à l'essentiel, merci!

  • #17

    Julie (jeudi, 04 juin 2020 11:30)

    MERCIIIIIIIII !

  • #18

    jiji (vendredi, 10 juillet 2020 16:45)

    Merci beaucoup pour cet article!