· 

Il était une fois, les livres... dans nos bureaux d'ortho...

Image by Pixabay

 

Lectrice invétérée depuis toute petite, j'aime les livres. Les livres d'histoires, les romans, et même les bouquins orthos ! 

 

Alors très vite, et assez naturellement, les livres se sont invités dans mon bureau d'ortho et dans mes rééducations. Mais que faire avec des livres ?

 

 

Des livres pour protéger d'un développement langagier ralenti

Les livres, on le sait depuis longtemps, sont de formidables vecteurs de langage. C'est d'ailleurs le message diffusé par de nombreuses associations de prévention, comme ODDAS, qui a réalisé cette belle carte mentale. Vous pouvez aussi aller voir sur le site d'OPAL, l'association de prévention alsacienne, qui propose une plaquette intitulée "Des livres qui grandissent avec les bébés". 

 

De plus, une étude de Collisson et al. parue en 2016 et citée en 2019, par Christelle Maillart, dans le chapitre qu'elle écrit dans le livre coordonné par Sophie Kern sur le développement du langage (1), indique que 3 facteurs environnementaux protègent significativement d'un développement langagier ralenti : 

  • lire ou échanger quotidiennement autour des livres
  • fournir des opportunités de jeux informels
  • fréquenter des services de garde

Le point commun entre ces trois facteurs est d'offrir des interactions sociales basées sur le langage, avec une large variété de partenaires communicatifs. Sachant cela, les livres ont bien entendu toute leur place dans les actions de prévention, mais aussi dans nos cabinets, notamment en accompagnement parental.

Car en réalité, raconter une histoire à un enfant, ce n'est pas évident pour tout le monde... et encore moins avec un enfant qui a des troubles du langage ! Nous voir raconter des histoires permet aux parents de s'approprier l'idée et de nous imiter pour peu à peu faire entrer les livres chez eux.

 

Mais quels livres proposer ?

 

Des histoires répétitives

Au mois de mai, j'évoquais l'importance de ralentir notre (le nôtre et de tout interlocuteur qui s'adresse à l'enfant) débit de parole pour favoriser le développement langagier dans mon article intitulé  "L’un des outils les plus précieux dont nous disposons pour nos interventions langagières est le langage que nous adressons aux patients."  Et pour cela, les contes de randonnées, les livres répétitifs peuvent être d'une grande aide : grâce à leur rythmicité, ils permettent au conteur de rendre son langage plus expressif, ils facilitent l'utilisation de gestes et ainsi, ils incitent les enfants à imiter l'adulte.

Avec les petits, je propose souvent des histoires en fin ou en début de séance. Elles sont courtes, répétitives, rigolotes. Les enfants réclament souvent la même, parfois ils veulent changer. Je leur prête souvent à la maison aussi, et comme les parents assistent aux séances, il est plus facile pour eux de raconter une histoire déjà entendue au cabinet.

 

Peu à peu, je propose des histoires de plus en plus longues, avec les contes de randonnée. Là encore, on peut y mettre beaucoup d'intonation, de rythme, ce qui incite les enfants à imiter le langage.

 

Voici quelques-uns de mes livres préférés :

- la collection des Zigotos de Benoît Charlat : cartonnés, de petit format, avec des phrases très courtes, je les adore !

- la collection Bébé Loup chez "Petit Nathan" : c'est rigolo, répétitif et il y a des tissus à soulever. Presque un livre interactif ! 

- La Chasse à l'Ours, ma favorite (au passage, merci à ma copine Céline de me l'avoir fait découvrir, il y a... fort longtemps!)

- De la taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête, de Werner Holzwarth et Wolf Erlbruch

Les histoires qui parlent du quotidien

Les livres pour enfants abordent souvent des thèmes de la vie quotidienne. Ils permettent de mettre des mots sur des situations de la vie quotidienne, qui peuvent être source d'anxiété.

 

 

 

 

J'adore la collection des "P'tit Loup" d'Orianne Lallemand et Eleonore Thuillier : les livres abordent plein de thèmes de la vie de tous les jours. Les dessins sont agréables, les phrases sont courtes, le vocabulaire bien choisi et les situations réalistes et souvent drôles.

 

 

Des livres pour apprivoiser les émotions : elles font partie de nos vies et sont parfois bien difficiles à comprendre et à appréhender.

  • J'aime beaucoup la collection de Gaston la Licorne, d'Aurélie Chien Chow Chine avec sa crinière qui change de couleur. Il lui arrive des aventures pleines d'émotions et un exercice de respiration lui apprend à les gérer. En plus, il y a dans chaque livre, une "météo émotionnelle" qui peut être très chouette à utiliser en séance avec les petits en mal de mots.
  • Le livre pop-up La couleur des émotions d'Anna Llenas est également très beau et bien pensé.

 

 

Arrêter le pouce ou la tétine ? Quelle grande aventure pour certains de nos patients ! Parfois, l'ortho les accompagne dans cette étape.

 

Voici des histoires toute douces peuvent aider à désamorcer certaines peurs des patients... et de leurs parents !

  • La tétine de Nina, de Christine Naumann-Villemin
  • Le roi des Pouces, de Suzanne Szerny
  • Lulu Grenadine ne veut plus sucer son pouce, de Laurence Gilliot et Lucie Durbiano 
  • P'tit Loup n'a plus besoin de tétine, d'Orianne Lallemand et Eléonore Thuillier

Ces livres qui servent nos objectifs thérapeutiques

La compréhension et les inférences

 Il y a fort longtemps, lors du mon Travail de Fin d'Etudes en logopédie, avec ma binôme Audrey (coucou, si tu passes par là...), nous avions écrit un conte sur la communication, à destination d'enfants "dysphasiques ou atteints d'un Trouble Envahissant du Développement", comme on disait à l'époque. Il s'intitulait "Au Royaume de la Communication...". Pas de publication, ne cherchez pas ! Que de boulot...et de bons souvenirs! Le travail consistait en une lecture du conte toutes les semaines, des ateliers en groupe et des séances individuelles pour travailler spécifiquement les habiletés non-verbales. A la fin de notre travail, lors des post-tests, la plupart des enfants avaient amélioré leur compréhension orale et leur théorie de l'esprit. Il n'y avait rien de très scientifique (pas de groupe-contrôle, pas de ligne de base précise, etc.), mais j'ai gardé cette intuition clinique que la lecture d'histoires permet d'améliorer la compréhension.

 

Quel plaisir lorsque j'ai lu un article du blog "Tout cuit dans l'bec", intitulé "vous travaillez les inférences ? Voici quelques moyens qui fonctionnent", qui indique comment travailler les inférences avec un livre d'histoire. :)  L'article traduit et détaille une étude de Van Kleeck & al. (2) qui indique que le moyen le plus efficace pour travailler les inférences (langage non littéral) est la lecture partagée et répétée des mêmes livres. Cette lecture partagée permet aussi, d'après l'étude, d'améliorer le vocabulaire réceptif (littéral).

Voici les façons de travailler la compréhension des inférences lors de la lecture d'histoires :

  • faire de l'étayage verbal pendant l'histoire
  • faire des synthèses
  • prédire, évaluer et juger (sentiments, actions des personnages)
  • faire des liens entre les informations de l'histoire et les connaissances ou expériences antérieures de l'enfant.

Pour tout cela, l'idéal est d'avoir des scripts. Et ce qui est formidable, c'est qu'il en existe déjà ! En effet, Chantal Desmarais et son équipe ont publié en 2013 un article pour présenter une intervention auprès d'enfants de 4 à 6 ans visant à développer la compréhension des inférences (3). L'équipe met généreusement à disposition des scripts en français qui sont téléchargeables ici. On nous donne même la marche à suivre pour en créer d'autres. :)

 

Alors oui, oui et reoui, les livres ont toute leur place dans nos thérapies ! Je vous invite vraiment à aller lire toutes ces références passionnantes et pratiques.

 

 

Ces livres qui expliquent les troubles

Vous l'aurez compris, j'aime comprendre ! :) Et comprendre son trouble est souvent un premier pas vers un mieux-être pour le patient. Certains livres peuvent nous aider à leur expliquer :

 

Pour expliquer les mécanismes attentionnels et le TDAH :

  • Mon cerveau a besoin de lunettes, d'Annick Vincent
  • Les petites bulles de l'attention, de Jean-¨Philippe Lachaux

Pour expliquer le handicap : 

  • La petite casserole d'Anatole, d'Isabelle Carrier

 

 

Les livres pour... lire !

L'apprentissage de la lecture

Lire, c'est devenir autonome, pouvoir s'évader (même quand on est confinés!), mettre du sens, apprendre des choses... Mais pour cela, il faut comprendre ce qu'on lit ! 

Alors très tôt, dès le CP, je propose à mes patients qui apprennent à lire de petits livres pour qu'ils accèdent à la compréhension. Comme pour les petits, je prête les livres à la maison, ils en demandent d'autres et me demandent même parfois quand est-ce que je ferai une nouvelle commande ! Bande de petits diablotins...

  • Les livres progressifs des Alphas : il y a une phrase à lire sur une page et il faut tourner la page pour voir l'illustration. Cela évite que l'enfant "déduise" la phrase en fonction de l'image puis que de lire.
  • La collection "Les Premières Lectures" de Nathan : des livres à lire à 2 avec des niveaux de difficultés. L'histoire est écrite dans un style narratif et les personnages disent quelques mots en langage direct, matérialisés par des bulles : l'enfant lit les bulles, le lecteur expert lit les textes. Et hop, un moment de plaisir partagé!
  • La collection "Je suis en CP"/"Je suis en CE1" de Flammarion : des histoires sympa qui correspondent au quotidien des enfants

Les livres audio

Maryse Bianco explique dans son livre (pp. 101-106) que le vocabulaire a une fonction centrale dans la compréhension écrite, car il est à l'interface de l'identification des mots et de l'accès à leurs significations. Autrement dit, disposer d'un lexique solide est une condition nécessaire (mais non suffisante) à une bonne compréhension. (4)

Or, de façon grandissante au fur et à mesure de la scolarité, c'est grâce à la lecture que l'on acquiert du vocabulaire. Voilà qui est compliqué pour les dyslexiques et les enfants qui ont des difficultés lexicales. Pour sortir de ce cercle vicieux ou "effet Matthieu" (je manque de vocabulaire, donc je lis mal, donc je lis peu, donc je manque de vocabulaire) on peut dire aux enfants de lire, lire et lire encore. Sauf qu'il est difficile de se motiver pour faire quelque chose qui nous demande beaucoup d'efforts. 

Une solution géniale existe pour accéder au lexique soutenu, aux structures de phrases complexes contenus dans les livres... sans avoir besoin de lire : ce sont les livres audios !

Conçus à l'origine pour les malvoyants, les livres sonores connaissent aujourd'hui un succès grandissant. A emmener partout sur nos smartphones, à écouter en voiture, en faisant nos courses, en faisant du sport... ils sont plébiscités par les personnes en difficultés de lecture mais aussi par tous les hyperactifs qui n'ont plus le temps de se poser, même pour bouquiner. ;-)

 

Comment se les procurer ? Bien entendu, beaucoup d'offres sont disponibles, gratuites et payantes. En voici une sélection, dont la qualité sonore est tout à fait correcte :

  • en librairie, dans les bibliothèques et les médiathèques
  • sur le site www.litteratureaudio.com : plus 8000 références à télécharger gratuitement. Intéressant pour les ados et les adultes car la majorité des grands classiques y sont répertoriés. 
  • Le podcast "Ca peut pas faire de mal" sur France Inter, de Guillaume Gallienne, qui propose une lecture moderne d'extraits de grands classiques (Le Passe-muraille de Marcel Aymé, Le Rouge et le Noir de Stendhal, par exemple)
  • sur le site Audible, qui comporte plus de 500 000 livres audios : il y a un abonnement d'environ 10€/mois à payer, résiliable à tout moment. Le premier livre est téléchargeable gratuitement pour savoir si le concept nous plaît. 
  • La collection Mes Premiers J'aime Lire propose des livres avec un CD. Je trouve le principe top, sauf que beaucoup de personnes, comme moi, n'ont plus de lecteur CD, même sur l'ordi. 
  • la collection "Ecoutez Lire" chez Gallimard Jeunesse qui propose plus de 160 titres jeunesse et adultes
  • des fictions dédiées aux enfants de 6 à 16 ans à écouter sur France Culture : de Tintin à Astérix, en passant par des contes, des fictions, des histoires pour s'endormir... 

 

Image de Le loup qui n'aimait pas Noël d'Orianne Lallemand et Eléonore Thuillier

J'espère que cet article qui n'est de loin pas exhaustif (et promis, comme d'habitude, je ne touche pas un sou sur les livres proposés sur cette page) vous a plu et vous incitera à utiliser les livres dans vos bureaux. N'hésitez pas à partager vos trouvailles, vos chouchous et vos idées en commentaires!

 

Je profite également de ce dernier post de l'année pour vous remercier de faire vivre ce blog grâce à vos retours souvent très positifs, vos lectures, vos commentaires. 2020 a été une année ô combien particulière, mais elle aura été aussi l'année de tous les possibles et m'aura permis de me lancer dans cette belle aventure de partage. Merci à vous de la rendre réelle !

 

Il me reste à laisser Loup (qui finit par aimer Noël!) vous souhaiter un très joyeux Noël, d'excellentes fêtes de fin d'année et des vacances reposantes et ressourçantes si vous en avez. Pour ma part, mes vacances seront épicuriennes, cavalières, reposantes, je l'espère, et probablement un peu studieuses aussi, avec les cours à peaufiner pour le CFUO et de nouveaux projets ! :)

 

Prenez soin de vous et à l'année prochaine ! 

Références

 

(1) Maillart C. (2019). Quand le langage démarre difficilement, dans Kern, S. Le développement du langage chez le jeune enfant, Editions de Boeck. Article téléchargeable ici

 

(2) Van Kleeck, A., Vander Woude, J., & Hammett, L. (2006). Fostering literal and inferential language skills in Head Start preschoolers with language impairment using scripted book-sharing discussions. American Journal of Speech-Language Pathology, 15(1), 85-95.

Article commenté et traduit sur le blog "Tout cuit dans l'bec" : Vous travaillez les inférences ? Voici quelques moyens qui fonctionnent 

 

(3) Desmarais, C., Nadeau, L., Trudeau, N., Filiatrault-Veilleux, P., Maxès-Fournier, C. (2013) Effet d’une intervention visant à améliorer la compréhension inférentielle des enfants de 4 à 6 ans ayant une dysphasie: une collaboration orthophonistes chercheurs. Glossa, 113, 45-62

Téléchargeable ici

 

(4) Bianco M. (2016). Du langage oral à la compréhension de l'écrit. Presses Universitaires de Grenoble. 

 

D'autres articles qui pourront vous intéresser :


Écrire commentaire

Commentaires: 8
  • #1

    Lucie R (samedi, 19 décembre 2020 10:55)

    Un TRÈS grand merci Claire pour ce blog dont je lis les articles avec intérêt et plaisir. Belles fêtes à toi également et à l’année prochaine avec bonheur �

  • #2

    Agnès Wei (samedi, 19 décembre 2020 14:07)

    Merci pour cet article...pour l’entrée dans la lecture, il y a la collection des Sami et Julie, que je prête également et qui a beaucoup de succès!

  • #3

    Amandine H (samedi, 19 décembre 2020 14:51)

    Je suis en train de rédiger mon TFE et votre article m'a bien aidé et m'a permis de réaliser d'autres recherches bien utiles. Merci à vous!

  • #4

    Claire (samedi, 19 décembre 2020 15:53)

    Bonjour Lucie, Agnès et Amandine. Merci beaucoup pour vos messages et la référence de Sami et Julie, que je ne connaissais pas. � Amandine, bon courage pour le TFE!

  • #5

    Irène (dimanche, 20 décembre 2020 11:32)

    Plaisir de lire tes rubriques, claires ;), fraîches, aérées, équilibrées entre synthèse et analyse, avec des sujets transversaux et pivots, au coeur de nos pratiques.
    (+1 pour Samie et Julie).
    Je viens de découvrir un concept qui me paraît génial pour lire, écouter lire, raconter, animer le langage, c'est Bookinou. On offre un livre à l'enfant. On s'enregistre quand on le raconte. Et l'enfant peut accéder à l'histoire racontée, autant de fois qu'il le souhaite. Avec la voix de Papi, tatie, nounou, ou qui veut... C'est le cadeau de mon mari pour sa petite fille éloignée ce Noël. J'ai adoré écouter son enregistrement de "La moufle" avec "tourne la page Mia ! ".
    Un très bon Noël à tou-te-s ! Avec du merveilleux, du léger, et un peu de repos nest-ce-pas ?

  • #6

    Claire (dimanche, 20 décembre 2020 22:18)

    Grand merci Irène pour ce retour ! Je te souhaite des fêtes merveilleuses, légères et reposantes. :)

  • #7

    Olivia (lundi, 21 décembre 2020 09:43)

    Un grand merci Claire pour le partage de ce blog qui me permet effectivement de voir l'ortho en plus clair(e) sur bien des sujets ! Et qui me redonne l'envie dès aujourd'hui de ré-ouvrir mes favoris avec mes petits patients (pour moi, la série des Billy de Catharina Valckx mais aussi nos amis Colza, Domino et Oscar de notre collègue Christine Barthélémy le Gaillard). Belles fêtes de fin d'année à tous !

  • #8

    Claire (lundi, 21 décembre 2020 12:32)

    Merci Olivia pour ton commentaire ! Bon amusement avec les livres et belles fêtes à toi aussi. A très bientôt !